Accompagnement scolaire: l’avis du président de l’OLPA.

Voile et accompagnement scolaire
L’avis du président de l’OLPA :

La question soulevée par le voile des accompagnatrices scolaires fait débat au sein même de notre association OLPA, toutefois, l’opinion que je défends semble être la mieux partagée.

Nous avons été élevés dans des traditions qui nous ont été transmises par l’école, nos parents et une culture républicaine commune. Ce sont elles qui créent notre sentiment d’appartenance à une nation, à une civilisation, dont nous partageons les valeurs et les règles. C’est notre Histoire.

La Règle, le Principe, en matière d’enseignement public, est la neutralité des opinions religieuses ou politiques. La Règle, si elle est bien comprise, voudrait donc que tout participant à une activité d’enseignement scolaire s’y soumette, par esprit républicain.

Autoriser, sous prétexte qu’aucun règlement ne s’y oppose, des mères accompagnatrices de sortie scolaire à porter des insignes qui affichent leur foi religieuse, ou d’autres accompagnants -pas forcément parents d’élèves- qui afficheraient leurs choix politiques ou idéologiques, revient à nier l’esprit républicain : soit faute d’en avoir été imprégné, soit d’une manière intentionnelle.

Au cours de nos entretiens publics, nous avons entendu cet argument :
- Allez… pourquoi autant de rigorisme ? Si personne ne trouve à redire, pourquoi ne pas laisser ces femmes porter un voile qui fait partie de leurs coutumes, ça ne fait de tort à personne, etc. etc.

Est-ce à dire que l’application de la loi puisse être sujette d’affectivité et accommodée à la sensibilité de chacun ?

Par analogie avec le code de la route, qui permet de partager la route sans heurt ni faveur, imaginerait-on d’entendre :
- Le stop ? Ah non, moi je suis pressé !
- M’arrêter au rouge? Pas question, je suis anti-communiste !
- M’obliger à rouler à droite ? Chez moi on roule à gauche. Acceptez ma coutume !
- Je suis un usager libre de la route; je refuse d’appliquer un code liberticide !
- Non, je ne mets pas mon gilet jaune, c’est contraire à mes opinions politiques.
- D’accord, je n’avais pas la priorité… Mais quelle intolérance de votre part !

Une loi égale pour tous: c’est ça la Règle.

Jean-Claude Julien – Président de l’Observatoire  de la Laïcité de Provence


Laisser un commentaire