Vers une redéfinition du champ d’intervention de l’OLPA

Les rencontres avec divers lycées nous ont permis de mettre à l’épreuve notre intention de transmettre des outils OLPA aux enseignants. Ces outils ont été créés grâce et à partir des interventions directes auprès des  élèves dans leur classe  après préparation avec l’enseignant.

Nos échanges d’expériences nous ont amené à constater le quiproquo entre les intentions des intervenants OLPA et les attentes du public. Dans un cas : attentes de recettes, dans l’autre : réflexion sur le contenu du règlement intérieur. Ce constat de non mise en phase nous amène à reconsidérer notre stratégie de travail avec l’EN, et d’aborder le travail avec les enseignants de manière distincte de celle employée avec les élèves.

C’est donc un nouveau champ d’intervention qui doit être défini par l’OLPA.

Depuis la naissance de l’OLPA cette évolution ne s’est pas arrêtée.
Dans un premier temps fondé par des partisans de la laïcité, il avait pour objectifs la défense de ces principes et la dénonciation des manquements les plus importants, avec le souci de faciliter la diffusion des principes de base et de leurs soubassements républicains

Le fait qu’il y ait de nombreux enseignants à la retraite à  l’OLPA n’y est certainement pas étranger, et l’idée a été soutenue et mise en œuvre, de s’adresser directement aux plus jeunes dans les classes de primaire puis du secondaire. Pour et à partir de ces interventions ont été élaborés des outils pédagogiques très largement reconnus comme efficaces. C’est cela qui a permis d’obtenir des agréments de l’EN pour faire ces interventions dans les établissements scolaires. Les demandes se sont beaucoup  multipliées  au point de dépasser les capacités de réponses de l’OLPA.

C’est pourquoi l’examen collectif de cette situation a amené la proposition  de chercher la réponse à cet afflux de demandes,  par une transmission directe aux enseignants plus à même de démultiplier la démarche.

La logique de l’OLPA  nous a amené à envisager une démarche de formation de formateurs et c’est dans cet esprit que les contacts avec les autorités de l’EN ont été pris. Mais la rencontre entre un besoin et une offre s’est faite, sans les ajustements préalables nécessaires.

C’est cela que les dernières rencontres avec les Lycées ont mis en évidence.
Notre hypothèse est qu’il faut s’appuyer sur les dispositifs qui doivent permettre  de trouver la réponse aux besoins par un complément  des acquis ou une adaptation de ces acquis à des situations nouvelles : La formation continue parait être un bon vecteur.

C’est pourquoi c’est avec les instances rectorales de formation initiale et complémentaire ou continue que nous allons chercher un partenariat.

On voit donc que la démarche de L’OLPA depuis sa création a développé son champ d’intervention dans des registres différents qui ne s’excluent pas les uns les autres mais au contraire qui s’enrichissent mutuellement.

L’expérience et la pratique dans le tissu social ont permis d’évoluer sans délaisser les objectifs initiaux consistant  à faire partager les principes de la laïcité, comme garant de la séparation de l’état d’avec toute communauté religieuse ou philosophique, afin de mieux préserver le respect de tous à l’égard de chacun : Un des fondements de notre république.

YF ,  28 février 2014

Les commentaires sont fermés.