Bulletin OML- Nov 21

Observatoire Méditerranéen de la Laïcité 
Averse du Pinchinier- Carqueiranne

EDITORIAL      le poids des mots et le poids des actes

•  Dans la frénésie médiatique d’une période pré-électorale, des déclarations se multiplient dans tous les domaines de la Société. La Laïcité n’est pas épargnée par cette succession de décisions, de promesses ou d’innovations. Ainsi, après avoir supprimé l’Observatoire de la Laïcité présidé par Jean-Louis Bianco, Marlène Schiappa a repris cette structure en la modifiant quelque peu.

Dans un entretien publié dans « l’Express » elle annonce un Grand Prix de la Laïcité qui se tiendra le 9 décembre à l’occasion de la Journée de la Laïcité.

« Les prix pourront récompenser – avec une enveloppe de 50 000 euros provenant du budget du Ministère de l’Intérieur – des projets de terrain. » Marlène Schiappa poursuit : «Nous avons proposé la création d’une journée institutionnelle, qui a une valeur légale, le 9 décembre. L’idée est de vraiment mettre en avant, durant cette journée, le principe de laïcité et de mener des actions pédagogiques sortant du cadre de l’école. Les préfets valoriseront des initiatives en matière de laïcité et organiseront des évènements. Il y a beaucoup de petites associations locales très engagées sur ces questions et elles méritent d’être mises en avant. » Et Marlène Schiappa de conclure : «  Ici, au Ministère, nous organiserons un grand évènement le 9 décembre pour la défense de la Laïcité, au-delà de la remise des prix. Le Comité interministériel de la Laïcité sera réuni, pour la deuxième fois, par le Premier Ministre pour faire le point sur la feuille de route . »

•      L‘OBSERVATOIRE MéDITERRANéEN DE LA LAÏCITÉ  A SAISI LES PLUS AUTORITÉS ADMINISTRATIVES DE LA REPUBLIQUE
(PRéSIDENCE DE LA RéPUBLIQUE , MINISTèRE DE L’INTéRIEUR , Ministre de l’Education, Préfet…)
A CHAQUE COURRIER, LA RÉPONSE  EST IDENTIQUE :
•      « NOUS AVONS PRIS CONNAISSANCE DE VOS OBSERVATIONS AVEC ATTENTION … »
      DERNIERE SOLLICITATION EN DATE DE  MAI 2021

•     Lettre recommandée avec accusé de réception adressée à MARLENE SCHIAPPA pour « l’illégalité de la présence d’une école dans un bâtiment appartenant au diocèse »  selon le Journal Officiel du Sénat.
Malgré la réception de l’accusé de réception, AUCUNE RÉPONSE N A ÉTÉ ADRESSÉE A L’OML !

Voilà un exemple du Poids des Mots et du Poids des Actes !

C’est ça la LAÏCITE : LE POIDS DES MOTS ET LE POIDS DES ACTES !

Le Comité de Rédaction

Revue de presse… Revue de presse… Revue de presse… Revue de presse …
Charlie Hebdo, sous la plume de Gérard Biard, développe (page 13) un vote du Conseil de l’Europe sur le port du Hijab. La France a voté contre et, à sa demande, cette décision a été suspendue.  C’est le seul pays de l’Union Européenne à s’être indigné de cette « liberté » due au port du Hijab.

Le Conseil National Laïque (CNL) a lancé une pétition pour que cette décision du Conseil de l’Europe soit retirée du contexte actuel. En voici le contenu.

       « Le racisme ne se combat pas par la promotion du sexisme et de l’apartheid sexuel. Dans le cadre d’une campagne de communication qui prétend «lutter contre les discours de haine antimusulmans», le Conseil de l’Europe a publié sur son site une série d’affiches et vidéos en anglais, qu’il invite à diffuser largement .

         Le message commun, martelé dans tous ces visuels, est que le voile islamique, qu’on le baptise foulard ou hidjab, serait, pour les musulmanes, tout à la fois un choix personnel, un droit humain inaliénable, et même un outil de liberté à promouvoir. Sous couvert des objectifs « d’égalité et droits des personnes tels qu’ils sont inscrits dans le Traité, la Charte et les conventions internationales des droits de l’homme » qui lui sont assignés, le Conseil de l’Europe » se livre à une véritable propagande pro-hijab que ne renieraient pas les plus rigoristes zélotes du patriarcat religieux. Il essentialise les musulmanes en leur assignant une identité de femme voilée, il réduit la liberté de pensée et d’expression à l’exercice de la liberté religieuse et, au prétexte de la tolérance à la diversité, il promeut une pratique sexiste avérée et un modèle de société fondé sur l’apartheid sexuel qui est aussi condamnable que l’apartheid racial. Qu’une campagne cofinancée par l’Union européenne via son programme «Droits, Égalité et Citoyenneté » reprenne à son compte la propagande des théoriciens et militants de l’islam politique visant à normaliser une pratique misogyne, est proprement scandaleux. C’est, de plus, criminel quand tant de femmes, dans le monde, revendiquent, le plus souvent au péril de leur vie, d’être libérées de l’étendard politico-religieux qu’on impose sur leurs têtes. Quelques semaines après la reprise en main de l’Afghanistan par les Talibans qui rendent le voile obligatoire et chassent les femmes des emplois publics et de l’Université, cette campagne est irresponsable. Cette opération révèle la perméabilité des instances européennes au lobbysme actif des organisations liées aux Frères musulmans.

         Au-delà de la vigilance que doivent avoir les représentants français parmi les 47 pays qui constituent le Conseil de l’Europe, le Collectif Laïque National demande la mise en place d’une commission d’enquête parlementaire française sur l’entrisme islamiste dans cette instance de coopération internationale, comme auprès de l’Union Européenne, en vue de proposer et prendre les mesures nécessaires. »

                            Carqueiranne: l’école de la discorde

Un prêtre (1) « viré » après quinze années de présence dans la paroisse, un nouveau curé qui entreprend de rénover la Maison Paroissiale avec les finances (*) laissées par son prédécesseur et une aumônerie de l’Enseignement Public virée elle aussi, sine die,  des locaux paroissiaux, après trente cinq années de dynamisme, voilà planté le décor de cette implantation d’une école traditionnaliste à Carqueiranne.

Une association loi 1901 dénommée E.D.S est créée par le nouveau curé pour prendre en charge et guider les travaux de rénovation. Mais, les paroissiens, dont certains membres de cette association EDS, apprennent, par un bulletin paroissial – dénommé « l’Hirondelle » et publié en juillet 2006 – que la Maison Paroissiale accueillera une école à la rentrée scolaire de septembre 2006.

Cette école était précédemment tenue par des traditionnalistes, dans la crypte de Saint Pie X au Champ de Mars à Toulon. Faisant partie du réseau des écoles Anne de Guigné, elle avait souhaité déménager et venir dans les locaux de la paroisse de la Loubière à Toulon. Devant le refus des paroissiens toulonnais, le projet se rabat sur Carqueiranne. Dès lors, des Carqueirannais, de tous horizons religieux et/ou politiques, réagissent aussitôt à cette initiative, étrangère à leur village et hostile à l’enseignement public comme aux écoles catholiques conventionnées.
•             Une pétition de protestation recueille 400 signatures et elle est adressée à l’évêque. Une tentative de prise de contact de certains signataires auprès de l’évêché se heurte à un mur de silence. Le Collectif mis en place fait part de ses inquiétudes à la presse et à la Télévision.

•             Le projet, établi en catimini, étant mis sur la publique, ses auteurs renoncent à s’installer à la rentrée scolaire de septembre 2006, estimant prudent de se mettre en conformité avec la législation républicaine. en vigueur. Les travaux de rénovation ayant commencés sans affichage du permis de construire.

•             Une deuxième série de travaux effectuée sans permis de construire adéquat amène le Collectif à déposer un référé auprès du Tribunal Administratif de Nice. Ce dernier statue en mai  2007, précisant que le Collectif n’a aucun intérêt à agir.
•             Dès lors, les préparatifs s’accélèrent et l’école primaire ouvre ses portes en octobre 2007 alors que le curé responsable de cette ouverture part précipitamment. (2). Depuis plus d’une décennie, l’école fonctionne avec une cinquantaine d’élèves dont la quasi-totalité provient de la région toulonnaise.

•             Récemment une partie des paroissiens, dont certains étaient membres de la structure EDS, ont sollicité une entrevue avec l’évêque pour lui demander de retirer cette école à l’issue des trois années prévues.
•             Entre-temps, au cours d’une conférence tenue à la Valérane en octobre 2008, les deux nouveaux curés du Pradet et de Carqueiranne, responsables de cette école, viennent perturber la conférence animée par Gilles Manceron de la Ligue des Droits de l’Homme et Christian Terras de la revue Golias.
•             Dans une récente intervention auprès des Services sanitaires départementaux, le Collectif transformé en Observatoire Méditerranéen de la Laïcité (OML) apprend par un courrier officiel, en date du 7 mai 2010, que des cas de non conformités ont été constatés au cours d’une visite de l’école par les services officiels du département.

•             Des péripéties ont agité le fonctionnement de cette école depuis son ouverture. Deux religieuses ont quitté les lieux. Un frère chargé de la direction également. Finalement, ce sont des parents d’élèves qui assurent l’enseignement tandis que les élèves prennent leurs repas dans la cour ou dans les salles de classe.

•             L’installation de cette école dans des locaux paroissiaux est contraire au droit canonique comme au droit constitutionnel. Tous les courriers, adressés aux autorités tant ecclésiastiques (évêque, archevêque, nonce apostolique) que publiques (préfet, académie) et politiques (élus locaux, députés), sont restées sans suite ou ont fait part de leur impossibilité d‘agir comme le Comité National d‘Action Laïque saisi par l‘Observatoire Méditerranéen de la Laïcité (OML) en date de juin 2008.

•             Quant au cabinet du Président de la République, saisi par courrier de cette anomalie, il poursuit l’étude du dossier comme le précise sa réponse adressée à l’Observatoire Méditerranéen de la Laïcité, en date du 24 décembre 2008. D’autres courriers adressés aux plus hautes instances de la République sont restés sans réponses.

•             Dans ces cas d’espèce, où les lois en vigueur sont contournées (3), seules des actions en justice peuvent arrêter de telles procédures. A quel prix cependant ?

 

•              (1) Accusé de « ministère dangereux et nuisible », le prêtre est réhabilité par la justice du Vatican. Il est parti en laissant dans les caisses de la paroisse une somme d’environ 320 000 euros (*) qui vont être utilisés à mettre la maison paroissiale en conformité.

•              (2) Financés à hauteur de 320.000 euros, le curé responsable de l’implantation et parti précipitamment, pour raison de maladie, sera nommé au Val, près de Brignoles tandis que le vicaire général, qui a défendu le projet d’installation, se trouve maintenant évêque à Bayonne.

•             (3) Saisi par la question d’un sénateur, la réponse officielle est publiée dans le Journal Officiel du Sénat en date de 10/10/2013 (voir ci-dessous). Une réunion en préfecture de Toulon laisse augurer de l’application de cette déclaration. Hélas, aucune suite administrative n’est  donnée à cette requête de l’OML. Y compris par le Tribunal Administratif de Toulon qui rejette la demande de l’OML.

•            DéVELOPPEMENT DES éCOLES PRIVéES HORS CONTRAT
•     à la question écrite n°01434 de Michel Le Scouarnec sénateur du Morbihan

•     publiée dans le JO Sénat du 09/08/2012 page 1798 voici la réponse du Ministère de l’Intérieur publiée dans le JO du Sénat du 10/10/2013 page 2977

•            Les associations diocésaines ont des statuts avec un objet limité aux actions cultuelles, ce qui ne leur permet pas de mettre à disposition leurs locaux pour des activités d’enseignement privé. La situation a été signalée au préfet et à l’inspection académique afin que les rappels nécessaires soient effectués auprès de la dite association.

•             S’agissant de l’aumônerie du collège public de Carqueiranne, il appartient à l’établissement concerné de trouver une solution au niveau local pour permettre l’exercice du service d’aumônerie.

Dernière action effectuée par l’OML, en mai 2021,  Marlène Schiappa n’a donné aucune réponse à cette situation malgré ses déclarations relatives à la Laïcité.

Forum  de la LAÏCITÉ

VENDREDI 26 NOVEMBRE  de 15 H à  18 h – MAISON DES ASSOCIATIONS
Chemin du Petit Lac- Carqueiranne

 A l’ordre du jour

●        15 h- 16 h 30          La séparation de l’Église et de l’État       (vidéo)

●        16 h 45 – 17 h 30   Assemblée Générale de  l’OML

Rapport d’activités- Rapport financier – Elections- Questions diverses-

le nombre de places étant limité, prière de confirmer votre participation.

•             Port du masque obligatoire.

avant le 24 novembre.   rene.ghiglione@wanadoo.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.